magazine
Portrait de vous
Les filles de Simone: questions sur les injonctions et convictions
Un collectif de comédiennes qui conjugue avec brio humour et féminisme.

Connaître son corps et l’histoire de sa représentation par le théâtre. Ce collectif de comédiennes partage par ses pièces le ressenti d’un groupe d’amie sur ce qu’ être femme aujourd’hui. Présentation de "Les Secrets d'un Gainage Efficace", manifeste féministe décomplexé et plein d’entrain.

D’abord, ça commence comme un meeting. Le “groupe corps” se réunit pour écrire un ouvrage sur le corps des femmes. Elles souhaitent interpeller et se questionner, dans la lignée des livres écrits depuis les années 70 pour aborder le sujet du corps féminins. Ces cinq femmes partagent leurs témoignages intimes sur les différentes injonctions rencontrées depuis l’enfance.

C’est tout l’objet de la pièce : une libération de la parole et des expériences vécues.

Cela mêle le personnel et l’historique ; on y apprend par exemple qu’avant 1933 les femmes n’avaient pas de cellulite : c’était seulement un “caractère sexuel secondaire”.

 

Le collectif d’auteures, toutes trentenaires, s’interrogent sur ce que signifie vieillir après un premier enfant , après ses 20 ans et avant ses 40 ans. Elles évoquent les difficultés à mettre en accord ses convictions et ses actions lorsque l’on est féministe et que l’on éduque un enfant.

La pièce est également ponctuée de parenthèses loufoques pour déconstruire des stéréotypes. Freud, Sartre et de nombreux théoriciens sont ressucités pour pointer la misogynie de certains de leurs écrits. Écrits qui façonnent pourtant de nombreux pans de la culture moderne.

On assiste à une cocasse visite spéléologique du vagin, à des chorégraphies et des reprises déjantées d’hymne connus (accompagnés au ukulélé lors des représentations) .

Le collectif “les filles de Simone” à l’origine de cette pièce a imaginé tout le spectacle en s’appuyant également sur des références théoriques connues, telle Mona Chollet et son ouvrage “beauté Fatale” qui analyse les perceptions sociales du corps des femmes.

 

En une soixantaine de pages, c’est un mélange très réussi d’émotion, de rire, d’anecdotes scientifiques, de chants, de danses et de dessins. Les cinq protagonistes ne craignent pas de se mettre littéralement à nu pour questionner les injonctions faites aux femmes dans notre société.

 

extrait : “Est-ce que le groupe est au complet ? Très bien, alors je vous invite à revêtir les équipements... Commençons notre visite par l'observation de la partie externe. Je vous propose de prendre un peu de recul pour avoir une vision d'ensemble de ce que certains d'entre vous appellent l'abricot, la pépette, la moule, le con, la chatte, ou même par erreur le vagin, mais qui a pourtant un petit nom bien à elle : la vulve. Vous voyez sur les côtés deux coussins molletonnés et pileux, qu'on nomme les grandes lèvres et qui protègent des chocs ces deux pétales rouge violacé, ondulés comme des collerettes, appelés petites lèvres.”

 

Pour en savoir plus sur la démarche du collectif, regardez cette interview faite par la revue du théâtre du Rond-Point : “Peut on se dire encore féministe quand on change des couches ? “

 

(crédit photo : Les Filles de Simone)