magazine
Inspirations
Apprendre l’astrologie, c’est possible
On les voit partout, sur Instagram, en librairies, en vitrine des magasins de vêtements, les signes astrologiques se déclinent et s’exposent. On peut même se former à cette discipline, bien loin des clichés des voyant.e.s farfelu.e.s

Orenda a discuté avec Mathilde Fachan de ce retour en grâce de l'astrologie. 

Discuter avec quelqu’un de son signe n’est plus synonyme de vieille superstition étrange et devient socialement accepté chez les plus jeunes. Les comptes Instagram dédiés à l’astrologie fleurissent, les memes hilarants se mettent à l’astro également. On citera entre autres Astrotruc, Astrologouine, Instastrologie , Rob Brezsny….

Parmi cette profusion de comptes, tout n’est pas bon à prendre. Mathilde Fachan, créatrice du podcast Z comme Zodiaque souligne cela : “Mes ami.e.s m’envoient beaucoup de memes astro ; cependant bien que les images soient drôles,elles sont fausses et représentent mal l’énergie d’un signe”

L’astrologie, Mathilde la connaît bien. Cette diplômée en sciences politiques, aujourd'hui patronne d’un café à Paris vient d’une famille où cette discipline en était une sérieuse. 

“Évidemment, il n’y a aucun rapport entre l’astrologie des magazines et celle qui s’étalait dans la bibliothèque familiale” raconte la jeune femme.  

“Ma mère avait suivi des cours d'astrologie ; ma tante paternelle ( qui est psychologue après avoir fait des études médecine) a même écrit des ouvrages d’astrologie  extrêmement conceptuels. C‘est elle qui m’a formé et m’a transmis le flambeau de son savoir encyclopédique ! “

Si s’intéresser à l’astrologie paraissait quelque chose de farfelu et marginal, c’est aujourd’hui possible d’en parler ouvertement. 

“Mes ami.e.s m’interrogent aussi pour comprendre leur thème astral, chose impensable il y a quelques années lorsque je m’intéressais déjà à l’astrologie, les gens trouvaient ça très étrange” se souvient Mathilde.

L’astrologie, c’est quoi exactement ? Mathilde tient à déconstruire les préjugés sur cette pratique. 

“ Il y a un côté purement intellectuel à cette discipline.L’un des premiers préjugés, c’est que l’univers nous influence ; mais on ne travaille jamais avec ou contre l’univers. Les mouvements du ciel traduisent une force à l’oeuvre qui agit partout : le ciel ne nous influence pas mais il nous donne des informations ; ensuite l’idée est de voir comment je ressens ce flux et de voir comment je m’en tire le mieux .“ Pour ceux qui reprochent à l’astrologie son manque de fiabilité, Mathilde a un argument implacable : “Heureusement que l’astrologie ne fonctionne pas comme une formule mathématique, il y a un libre arbitre, cela traduit simplement des forces en présence !” 

En cela, le sujet de la compatibilité amoureuse entre signes n’est pas très pertinent par exemple, car les analyses faites ne sont pas du tout exhaustives dans la carte astrale , et il y a beaucoup de choses imprévisibles en amour. 

 

L’astrologie, c’est “regarder ce ballet de planètes qui traduit les forces et énergies qui agissent et peuvent m’influencer” 

La véritable astrologie ouvre des portes, permet une possibilité de vision du monde. Mathilde explique “ J’en ai une vision politique des choses, et je souhaite pouvoir faire des consultation à tarifs adaptés aux plus précaires : chômeurs, étudiant.e.s …” 

La pratique intéresse notamment beaucoup ceux qu’on appelle les millenials. “Aujourd’hui, le renouveau de la sorcellerie, de l’ésotérisme est aussi possible car nos générations ont été abreuvées de références pop culture ( Charmed, Harry Potter …) “

Cette génération est en quête de sens, remet tout en questions et souhaite pour cela qu’on lui propose une grille de lecture. 

L’astrologie permet de faire le point en poussant à s’interroger sur soi. Or, souligne Mathilde, “plus on se connaît, plus on s’accepte, moins on fait de mal à l’autre”.

Loin d’être une nouvelle forme de religion, dérive contre laquelle Mathilde met en garde, cela témoigne d’une recherche de spiritualité qui propose des réponses. 

se réapproprier le lien à son environnement 

Il y avait auparavant un réel mépris pour l’astrologie, le tirage de cartes etc. Le féminisme depuis 10 ans déconstruit beaucoup de choses, dont cela, avec un regain d’intérêt pour les sorcières par exemple. Le regain d’intérêt pour l’ésotérisme est beaucoup le fait de femmes, qui prennent conscience que c’est une façon de mieux appréhender la vie, ce qui leur donne de la force. 

L’astrologie en tant qu’interprétation d’éléments de la nature reconnecte aussi à l’environnement extérieur, auquel il faut prêter plus attention. 

Pour se former en astrologie, Mathilde conseille d’attendre d’avoir la vingtaine : “Les manuels peuvent être décourageants pour un.e ado, et surtout il vaut mieux avoir un peu de recul sur la vie pour comprendre, avoir fait l‘expérience du deuil, ou du monde du travail par exemple. Plus on vieillit, meilleur.e astrologue on devient.” 

Pour commencer à appréhender le monde des signes du Zodiaque, rendez-vous sur “Z comme zodiaque”, le podcast passionnant de Mathilde, composé d’épisodes de 26 minutes qui décortiquent tous les signes.