magazine
Inspirations
Accro au smartphone ? On vous aide à déconnecter
À notre époque connectée 24h/24, il paraît nécessaire de décrocher de temps à autre. Angoissant et difficile de lâcher son précieux téléphone ? Orenda vous livre quelques astuces.

Que celui qui n’a pas de smartphone nous jette la première pierre : il nous arrive toutes et tous de scroller machinalement pour tuer le temps. Si cette pratique paraît anodine, elle influe de façon négative sur notre bien-être et parfois même sur nos relations avec les autres. 

Passer trop de temps sur son smartphone équivaut à y passer combien de temps par jour ? La question est compliquée à l’heure où nombreux.ses sont celles et ceux dont le téléphone et les réseaux sociaux sont un outil de travail. On peut parler d’un excès lorsque les manifestations physiques inconfortables se font sentir. 

La lumière bleue émanant des écrans fatigue en premier lieu les yeux. Cela est manifeste pour l’ordinateur et le smartphone, que l’on garde à proche distance de ses yeux. Elle peut causer des maux. Si les yeux fatiguent, il faut les éloigner au moins quelques instants de l’écran : regarder au loin, marcher quelques minutes dehors, fermer les paupières … 

De plus le soir cette lumière bleue agit sur le corps en retardant l'endormissement. 

Mais l’écran du téléphone fatigue aussi au niveau de la posture : chaque degré d’inclinaison de la tête augmente le poids que doivent supporter les cervicales, qui tirent ensuite sur les lombaires … de quoi se bloquer le dos, comme le montre ce post du dessinateur de BD Cookie Kalkair (qu’on vous encourage à suivre d’ailleurs). 

Enfin, les écrans génèrent indirectement de la pollution numérique. Les smartphones nécessitent d’être chargés, rechargés (parfois plusieurs fois par jours). La consommation de vidéo en ligne génère du trafic de données génératrice de pollution dans la façon dont elles sont acheminées et stockées. En 2018, le visionnage de vidéos en ligne a généré autant de GES qu’un pays comme l’Espagne, soit plus de 300MtCO2.

 

Tout cela forme un ensemble de bonnes raisons pour s’éloigner un peu de son téléphone lorsqu’on le peut.  Voici nos étapes pour s’en défaire doucement sans devenir un.e ermite reculé.e du monde. 

La première astuce consiste à se mettre des garde-fous sur son téléphone. Cela peut commencer par couper les notifications de certaines applications, de sa boîte mail et de ses réseaux sociaux. Certaines applications mesurent le temps d’écran par jour. Une fois installé, ce dispositif permet de s’interroger sur ses pratiques. Certain.e.s choisissent également de mettre leur écran en noir et blanc, afin de ne pas être absorbé par le design coloré des applis ( qui influe sur notre circuit de la récompense).  Pour savoir comment faire, tout est expliqué ici 

Ensuite, faites vous des déconnexions progressives. Commencez par ne pas regarder votre téléphone dès le matin, rangez le lorsque vous êtes avec d’autres personnes. Essayez de passer une après-midi, une journée, un week-end en désactivant vos applis. Cela ne veut pas dire forcément sans téléphone ( à moins que vous ne possédiez un pigeon voyageur) mais en gardant celui ci limité à ses fonctions premières : les appels et messages. 

Pour décrocher du smartphone, il faut s’occuper l’esprit et les mains : se balader et admirer la ville, tricoter, jardiner … Chez Orenda on a pleins de lieux à vous recommander pour vous inspirer des activités totale déconnexion ! 

Notre solution la plus efficace niveau digitale detox ? Un bon vieux bouquin. Marie Morel, libraire au Comptoir des Mots ( librairie labellisée par Orenda) prépare à cet effet des listes d’idées de lecture thématiques, où chaque ouvrage est commenté. Si avec ça vous ne trouvez pas votre bonheur, on avale notre téléphone !